Lifestyle

Hijab :Pourquoi et quand les musulmanes portent-elles le ?

hijab

Le hijab est un voile porté par certaines femmes musulmanes dans les pays musulmans où la religion principale est l’islam, mais aussi dans la diaspora musulmane, pays où les musulmans sont des populations minoritaires. Porter ou ne pas porter le hijab fait partie de la religion, de la culture, de la déclaration politique, voire de la mode, et la plupart du temps, c’est un choix personnel fait par une femme sur la base de l’intersection des quatre.

Le port d’un voile de type hijab était autrefois pratiqué par les femmes chrétiennes, juives et musulmanes, mais aujourd’hui, il est principalement associé aux musulmans, et c’est l’un des signes les plus visibles d’une personne musulmane.

Types de hijab

Le hijab n’est qu’un type de voile utilisé par les femmes musulmanes aujourd’hui et dans le passé. Il existe de nombreux types de voiles différents, selon les coutumes, l’interprétation de la littérature, l’appartenance ethnique, la situation géographique et le système politique. Ce sont les types les plus courants, bien que le plus rare de tous soit la burqa.

Le hijab est un foulard qui couvre la tête et le haut du cou mais expose le visage. Le niqab couvre le visage et la tête mais expose les yeux. La burqa, couvre tout le corps, avec des ouvertures pour les yeux crochetées. Le tchador est un manteau de couleur noire ou sombre, qui couvre la tête et tout le corps et est maintenu en place avec les mains.

Le shalwar qamis est la tenue traditionnelle des hommes et des femmes d’Asie du Sud, quelle que soit leur appartenance religieuse, composée d’une tunique jusqu’aux genoux et d’un pantalon

Histoire ancienne

Le mot hijab est préislamique, de la racine arabe hjb, qui signifie filtrer, séparer, se cacher de la vue, rendre invisible. Dans les langues arabes modernes, le mot fait référence à une gamme de vêtements appropriés pour femmes, mais aucun d’entre eux n’inclut un masque facial.

Le fait de voiler et de séparer les femmes est bien plus ancien que la civilisation islamique, qui a vu le jour au 7ème siècle de notre ère. Sur la base d’images de femmes portant des voiles, la pratique date probablement d’environ 3000 ans avant notre ère. La première référence écrite survivante au voile et à la ségrégation des femmes date du 13ème siècle avant notre ère. Les femmes assyriennes mariées et les concubines accompagnant leurs maîtresses en public devaient porter le voile; il était interdit aux esclaves et aux prostituées de porter le voile du tout. Les filles célibataires ont commencé à porter le voile après leur mariage, le voile devenant un symbole réglementé signifiant «elle est ma femme».

Le port d’un châle ou d’un voile sur la tête était courant dans les cultures de l’âge du bronze et de l’âge du fer en Méditerranée – il semble avoir été parfois utilisé chez les peuples du sud de la Méditerranée, des Grecs et des Romains aux Perses. Les femmes de la classe supérieure étaient isolées, portaient un châle qui pouvait être tiré sur leur tête comme une cagoule et se couvraient les cheveux en public. Les Egyptiens et les Juifs vers le 3ème siècle avant notre ère ont commencé une coutume similaire de l’isolement et du voile. Les femmes juives mariées devaient se couvrir les cheveux, ce qui était considéré comme un signe de beauté et un bien privé appartenant au mari et ne devant pas être partagé en public.

Histoire islamique

Bien que le Coran ne dise pas explicitement que les femmes devraient être voilées ou exclues de la participation à la vie publique, les traditions orales disent que la pratique était à l’origine réservée aux épouses du prophète Mahomet. Il a demandé à ses femmes de porter des voiles pour les mettre à part, d’indiquer leur statut particulier et de leur fournir une certaine distance sociale et psychologique par rapport aux personnes qui venaient lui rendre visite dans ses différentes maisons.

Le voile est devenu une pratique répandue dans l’Empire islamique environ 150 ans après la mort de Muhammad. Dans les classes aisées, les épouses, les concubines et les esclaves étaient gardés à l’intérieur dans des quartiers séparés, à l’écart des autres chefs de famille qui pourraient visiter. Cela n’est possible que dans les familles qui peuvent se permettre de traiter les femmes comme des biens: la plupart des familles ont besoin du travail des femmes dans le cadre des tâches domestiques et professionnelles.

Comment here

placeholder="Your Comment">